Nouvelles technologies - Des capteurs imprimés sur la peau

2:11
 
シェア
 

Manage episode 274688121 series 97179
著作 France Médias Monde の情報はPlayer FM及びコミュニティによって発見されました。著作権は出版社によって所持されます。そして、番組のオーディオは、その出版社のサーバから直接にストリーミングされます。Player FMで購読ボタンをタップし、更新できて、または他のポッドキャストアプリにフィードのURLを貼り付けます。
Des chercheurs américains et chinois ont mis au point un procédé pour imprimer à température ambiante des capteurs biométriques à même la peau. Ces « tatouages électroniques » éphémères qui se retirent à l’eau chaude seront utilisés dans le domaine médical ou sportif, afin de surveiller les constantes corporelles de leur porteur. On ne compte plus aujourd’hui le nombre d’accessoires électroniques qui surveillent notre santé comme des montres, des bracelets, des Smartphones et autres senseurs enregistrant à distance tous nos désordres métaboliques. Mais aussi miniaturisés soient-ils, ces appareillages à usage médical ne sont ni discrets, ni confortables pour celui qui les portent. C’est la raison pour laquelle, des chercheurs de l'université de Pennsylvanie aux États-Unis et de l'Institut des technologies de Harbin en Chine ont développé de nouveau types de capteurs qui s’impriment directement sur la peau en employant une encre conductrice. Cependant, les scientifiques ont été confrontés à un sérieux problème de faisabilité technique ! Comment souder à environ 300 degrés Celsius des fils métalliques pour relier les transistors du circuit sans bruler irrémédiablement l’épiderme ? Jusqu’à présent, le processus de fabrication des cartes électroniques qui se nomme le frittage a recours à des hautes températures « qui sont inadaptées aux tissus cutanés », nous précisent, et c’est tant mieux, les scientifiques. Mais nos chercheurs-soudeurs ont trouvé la solution en badigeonnant préalablement sur la peau une mixture de leur invention. Appliquée sur le derme, cette première couche protectrice abaisse de façon drastique la température de frittage. Elle est constituée d’un mélange d'alcool polyvinylique, une substance que l'on retrouve dans de nombreux produits cosmétiques, et des nanoparticules de carbonate de calcium, le principal constituant des coquilles d'œufs. Résultat, le frittage des circuits s’effectue à température ambiante à environ 15 degrés C°. Il permet de réaliser une couche ultramince de motifs métalliques souples qui se plient et de se distendent en épousant exactement les déformations de la peau. Le dispositif est prévu pour enregistrer en continu des données comme la température, le taux d’humidité cutanée, la saturation d'oxygène dans le sang et la fréquence cardiaque de son porteur. Et contrairement aux tatouages et aux implants électroniques, rien n’est définitif avec ce capteur biocompatible : une simple douche chaude suffirait pour l'enlever. Pour l’instant, son usage est réservé au domaine de la santé et du sport pour permettre, par exemple, à des athlètes pendant leur entrainement de contrôler leurs efforts. Mais rien n’empêche d’imaginer d’autres applications comme d’activer son mobile, s’en servir de carte de paiement sans contact, de badge d’ouverture des portes ou encore et serait peut-être le plus inquiétant, de dispositif de surveillance de masse, si toutefois nous acceptons tous un jour, de nous faire électro-tatouer. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

581 つのエピソード